Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Des mots et merveilles
  • Des mots et merveilles
  • : Les mots sont les miens, les merveilles sont celles de la nature. Des photos, au fil de mes rencontres et mes envies, des contes, des récits autour de l'amour
  • Contact

Bonjour à tous

Bonjour, je m'appelle Cyril et je vous accueille dans ce blog 

XX113813

 

 

 

 

Recherche

Mes communautés

Entre ombre et lumière: Link

 

verres 2

 

Octobre 2013 

Thème du mardi 8 octobre : souvenirs de vacances

Thème du mardi 15 octobre : insolite

Thème du mardi 22 octobre: champignons

Thème du mardi 29 octobre: alignements

Thème du mardi 5 novembre : vols d'oiseaux

Thème du mardi 12 novembre : toiles d'araignées

Thème du mardi 19 novembre : sillages

Thème du mardi 26 novembre : clair de lune.

Thème du mardi 3 décembre : rouge,jaune, vert, couleurs d'automne

Thème du mardi 10 décembre : poissons

 

 

 

  Week-end du petit patrimoine : link

 

avatar

 

 

Week-end du 9/10 novembre : chaussures anciennes (Anika)

Week-end du 16/17 novembre : libre

Week-end du 23/24 novembre : libre

Week-end du 30/1er decembre : les arbres remarquables (Murielle)

Week-end du 7/8 décembre : les cages à oiseaux (Hauteclaire)


 

Un dragon pour ami : Link

 

XX113856

 

En vert comme bleu : link

 

en bleu 1

 

Rejoignez -nous !

Ma page Hellocoton

Retrouvez Hauteclaire surHellocoton

les cadeaux

un petit coeur  d'amitié


offert par Alba

Pour mon millième comm'



offert par Alba

*

offert par LIlibeth



offert par Jaly

http://data0.eklablog.com/hauteclaire/perso/sunshine-award.jpg

offert par Tataray

album fleuri

Visitez aussi mon petit espace fleuri: promenades [clic]



               Mes livres publiés, rêver, s'évader, pour petits et grands   Visitez ma vitrine (CLIC) 

 

mes livres                                         

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:00

Cette quinzaine, pour la communauté de Pascale, les "croqueurs de mots"  j'ai proposé aux matelots de la coquille le thème : terre de légendes

 

Toutes les époques ont les leurs ...

 

2012

 

Psaume un

 

Je viendrai comme un voleur …
Voilà  des jours que je suis ses pas, à quelques distances, sans oser vraiment approcher ..
Le livre d’écritures ne me quittait plus, et dès que j’avais un moment de répit, je le reprenais, encore et encore, dans l’espoir d’y voir d’y voir une lueur, de comprendre si tout cela allait se terminer.
Tous les signes étaient apparus, les uns après les autres.

L’un d’eux avait osé, ou s’était senti forcé, et Pierre était remonté sur son trône.

Il y avait eu une éclipse de lune, qui avait peint la surface de sang. Puis une de soleil, particulièrement longue. La couronne était apparue, montrant des éruptions gigantesques, telles que les astronomes n’en avaient jamais dépeintes.
La météorite était tombée peu après. Elle était venue masquée par ce soleil en furie, et quand nous l’avons vue, il était trop tard pour tenter quoi que ce soit.
L’onde de choc a ébranlé la planète entière, rayé une population de la carte en une seule minute, mais peut-être ont-ils eu de la chance ?
Des nuages monstrueux se sont élevés, masquant la lumière, étouffant la vie. Les volcans se sont réveillés, crachant le feu et la poussière sur ce qui pouvait rester. Les états, les gouvernements sont tombés, les uns après les autres, et dans les villes superbes et dévastées, nous errons, nous nous battons et nous mourrons dans un hiver qui ne cessera pas de sitôt.
Tout ce qui avait été écrit est arrivé, les sceaux ont été brisés les uns après les autres, et de ce chaos devrait émerger une nouvelle ère, peu d’entre nous la verront
Nous arpentons les rues, seuls ou en petits groupes. Il y a la violence, et quelques fois des gestes héroïques au milieu des décombres.
C’est au détour d’une de ces rues anéanties, que j’ai vu la silhouette mince, presque maigre, qui marchait tranquillement, un peu comme au hasard. Pas de peur ou de haine dans son attitude, c’est ce qui m’a frappé tout d’abord. L’image du calme et de la sérénité dans la dévastation. Est-ce que je suis seul à voir ? On pourrait le croire, personne ne semble remarquer son passage, ou bien l’oublient-ils tout de suite ?  Qui sait. Moi-même, si je dors un peu, j’ai du mal à me rappeler de son visage.
 Parfois un arrêt devant un blessé, un mourant, qui est seul dans un coin de ruine, et un doigt le désigne. Le blessé se relève, inconscient de cette élection, et part sans se retourner.
J’essaie de m’approcher un peu, et plusieurs fois j’ai rencontré son regard d’azur, clair, limpide, un peu moqueur, ou triste. J’ai toujours baissé les yeux.
Je suis sûr que d’autres croisent son chemin, ailleurs, de l’autre côté de la terre, en de nombreux endroits, lui parlent peut-être, et partagent un moment.
Depuis quelques jours je crois que je ne suis plus seul, j’ai entrevu des ombres, comme moi, en haillons, faméliques, qui attendent … quoi ? Un geste ? Nous suivons ses pas, et nous attendons.
Nous attendons qu’elle nous parle, et nous obéirons.
Je viendrai comme un voleur… Quel meilleur camouflage en effet ?

Notre Rédempteur est revenu, nous sauver, nous punir ? 

C’est une femme.

 

Psaume deux

 

Depuis des jours nous marchons.
A la suite de la silhouette si frêle et si forte, obéissant à un obscur signal, nous avons laissé derrière nous la cité agonisante. Nous ne sommes pas nombreux, à peine une poignée, et en nous voyant dans les rues jonchées de décombres, des insultes, des menaces ont fusé, mais aucun n’a osé lever la main sur un de nous, ni nous suivre.
Dehors un désert gris et brun s’étendait, balayé par des vents à l’odeur soufré, sous un ciel opaque.
Ployés par le froid, la faim, nous la suivons, celle que nous avons reconnue, habités par un espoir insensé. Nous ne savons pas où elle nous mène, ou bien si notre fin se trouve au bout de ce chemin, et peu nous importe.
Les aubes fer succèdent aux crépuscules d’étain, en une lente monotonie. Peut-on dire que des signes apparurent ?
Des squelettes d’arbres immenses dressaient des ramures nues vers les nuages gonflés de suie, et à leurs pieds des bêtes étranges, faméliques, nous regardèrent passer. La faim se lisait dans leurs yeux, et leurs crocs luisaient dans la pénombre, brillants de bave. Les gouttes en tombaient sur le sol, qui les buvait, comme une créature assoiffée. Nous passions si près d’eux, que nous pouvions sentir leur haleine chaude sur notre peau, attendant à tout moment l’instant de la curée. Pourtant ils sont restés assis, la colère flambant dans leurs prunelles orangées.
Plusieurs fois le ciel a semblé se fendre, laissant apparaître un soleil de grenat, immuable, et faisant descendre une chaleur de four au milieu de la glace.
Des pierres gisaient, couvertes d’écriture. J’en ai ramassé une, elle était gravée d’une langue que je ne connaissais pas, et qui parlait de nous. Comment suis-je sûr ?
La nuit est tombée, une nuit épaisse d’encre et de gel . Devant nous la silhouette s’est diluée, disparaissant doucement jusqu’au moment où il n’y eut plus rien. Nous nous sommes assis en silence, perdus, désemparés, je crois que j’ai entendu pleurer. Etait-ce moi ? Je ne suis sûr de rien, tout est si confus et si lointain.
Au matin, le premier depuis … nous l’avons vue, .une ville, notre ville. Elle paraissait baignée d’une lumière ondulante, flottant entre ciel et terre, comme si nous la voyions au travers d’un air vibrant de chaleur.
Est-elle là ? Est-ce un mirage ?
Nous marchons vers elle, et il n’y aura pas de retour ..

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hauteclaire - dans les contes
commenter cet article

commentaires

Martine du JdV 06/04/2011 23:32



trois légendes étranges, déroutantes et captivantes .. nous sommes gâtés !
merci Hauteclaire !



Tricôtine 06/04/2011 23:18



quel chaos !! j'ai bien fait de prendre mon temps... tu nous écrit du mad Max !! que d'images dans tes mots : fer, étain  whouah je ne sais pas faire ça Hauteclaire, je dévore cette histoire
, bien que le chaos ne soit pas ma tasse de thé !!   gros bizzzoux ici, alons voir si la légende est plus heureuse
ailleurs !!



Anne Le Sonneur 05/04/2011 21:35



J'ai navigué à droite et à gauche et je me pose enfin. Oui, Je voulais me poser pour lire tes mots et je découvre... deux psaumes, le temps de l'exode...



Lenaïg Boudig 05/04/2011 08:38



Bonjour Hauteclaire. C'est magnifique, tes deux psaumes, chacun écrit par un humain différent, à ce que je comprends. C'est une poésie mystique de la laideur, du désastre, dans une atmosphère du
fin du monde, avec la vision de présences salvatrices, christiques, un homme puis une femme. J'aime beaucoup, nous pouvons nous projeter dans ce monde, qui en fait est le nôtre. Vraiment
excellent, Hauteclaire, merci beaucoup pour l'impression que tes psaumes m'ont laissée. Gros bisous à toi.



grisou 04/04/2011 22:06



a chaque fois je me dis les textes sont long et je n'arriverais pas à tout lire et chaque fois je me prends au jeu, et j'adore tes écrits bravo bises