A l'abordage: défi N°54: vêtements dans le vent

Publié le par Hauteclaire

Cette quinzaine, pour la communauté de Pascale  "les croqueurs de mots"  c'est Jeanne qui est à la barre de la coquille, et nous propose son thème

 

    Prenez le temps de prendre le p du temps

Avec grâce, arrondissez joliment sa jambe

jusqu'à ce qu'il ait l'air d'un e

Secouez l'air pour en faire du vent

  libérez les vetements ou livrez-les au vent

avec ou sans  chapeau

Et laissez libre cours à votre imagination, à partir de ce que vous inspire cette image,

pourvu que vous utilisiez au moins une fois chacun des mots

vent, temps (météo), temps (durée) et vêtements

soulitre10.JPG

 

 

 

 

Les vêtements dans le vent

 

Heureux qui comme Ulysse …
Des paroles anciennes, une chanson, un poème ? Tellement anciennes que personne ne sait plus d’où elles viennent. Ou peut-être est-ce moi qui les invente en même temps que je les pense ?
…a fait un long voyage…
Il y a tellement de temps. Des mois, des années, combien d’années ? Je ne sais plus. Je me souviens d’un pays souriant, du soleil quand je suis parti. J’étais jeune alors, plein d’espoirs et d’énergie. Et puis, ça ne devait pas durer très longtemps.
Nous étions envoyés là-bas, très loin. Faudrait-il se battre ? Ce n’était pas sûr, il fallait observer surtout, et faire des rapports. Nous verrions des planètes inconnues, des natures exotiques, peut-être rencontrer d’autres êtres ? Qui pouvait dire.
Je me souviens … Il faisait un soleil radieux quand j’ai dit au-revoir. C’était l’été et un temps de fortes chaleurs était arrivé. Le ciel était d’un bleu de céramique, embrasé d’une boule d’un jaune éclatant, qui écrasait les champs alentour. Les murs blancs de ma maison éclataient dans ce soleil, une maison que tous m’enviaient, prospère, entourée de biens. Mais il fallait partir…
J’étais heureux de pouvoir réaliser quelque chose d’important, impatient de découvrir.
Je me souviens … Ma femme pleurait. Ma jeune épouse qui serrait notre fils âgé de quelques mois à peine dans ses bras. Elle ne comprenait pas mon enthousiasme, et je l’ai embrassée en lui disant que bien vite je serai de retour. Et je suis parti, sans me retourner, vers cet inconnu qui me souriait. Quelques mois, et puis à nouveau la quiétude de mon foyer, et des souvenirs à raconter.
Comment aurions-nous su ?
Des planètes, des découvertes… et puis cette planète. Celle-là, il a fallu, quoi ? L’assiéger ? Est-ce le mot qui convient ? Le commandement nous a demandé de rester en orbite, jusqu’à ce que nous puissions y atterrir. Toutes les informations disaient que,  au sol, des dangers multiples nous y attendaient. Et nous avons attendu, des mois, des années. Régulièrement le même ordre, rester là, observer, jusqu’au moment d’un atterrissage auquel plus personne ne croyait. Et puis, un vaisseau est arrivé, et il a filé vers la surface, tout droit, et nous avons reçu l’ordre de rentrer, nous étions rendus à la vie civile.
Notre vaisseau a pris le chemin du retour, notre vaisseau qui avait bien vieilli, comme nous tous, mais qui naviguait toujours bravement. Nous n’avons jamais su ce qu’il y avait de si important là-bas, sur ce monde à jamais étranger.
Et maintenant je suis là, sur ma terre. Ma terre ? Je ne suis pas sûr, je ne suis plus sûr, tout est si loin. Il faisait beau, très beau, mais aujourd’hui c’est l'automne. Le ciel est bas et gris, les champs dénudés malgré l'herbe encore verte, et le vent frappe ma peau, qui n’est plus habituée à un air hors des murs de métal.
Une maison là-bas, la mienne ? Sous ce ciel, les murs sont grisâtres et personne autour, pour travailler ou pour rire. Seul signe d’une vie, un fil tout simple, tendu entre deux poteaux, et sur lequel des vêtements sèchent en se balançant doucement. Je ne sais pas, mais je vais y aller. Il doit y avoir quelqu’un et je demanderai, peut-être se souviendront-ils.
Quelqu’un, une femme en sort.
‒ Odysseus !
Grande, belle et forte sous le gris du ciel, ma femme.
Je suis de retour chez moi.

 

 

Hauteclaire

Publié dans les contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeanne Fadosi 04/05/2011 12:20



tu nous as emmené bien loin dans l'espace et dans le temps et pas si loin en même temps ... Quelle belle histoire de départ et de retour ...Meric je me sui régalée



Tricôtine 02/05/2011 22:55



bonsoir Hauteclaire !! c'est fou comme ce fil à linge a inspiré de départs ou de retours au foyer ! le tien est plus imaginaire, en restant toutefois dans les impressions ressenties par cet
explorateur du temps !  j'aime bien ce fil de pensées qui s'égrènent !! très belle réussite comme toujours !! je profite de mon passage dans ton monde pour te déposer quelques brins de
bonheur en pensées et des bizzzoux de Tricôtinette pff le temps nous fait des tours de cochon (celui qui court)



m'annette 02/05/2011 19:16



ballade dans le temps, est-ce un rêve ou la réalité?


quel étrange planète a-t-il découverte???


 


Bonne soirée



askelia 02/05/2011 17:59



waow quelle imagination!


Bravo!



Mamie Claude 02/05/2011 15:12



Imagination débordante, j'en suis toujours bouché bée. Très belle histoire pleine d'imprévus mais heureusement avec un retour à une maison vivante, grâce à la vue du linge au vent. Gros bisous