A l'abordage: défi N°55 : panne d'électricité

Publié le par Hauteclaire

Cette quinzaine, Pascale a repris la barre de sa communauté des "croqueurs de mots"  et nous a proposé de plonger dans ... une panne d'électricité !

 

Nuit noire

 

 

Il fait noir, tellement noir ! C’est la nouvelle lune, et aucune lueur dans cette jungle. Toutes nos lampes ont lâché, et il faut économiser ce qu'il reste de piles.

Je suis allongé là, et il faudrait que je dorme, car l’ennemi va attaquer, au matin. Je le sais, nous le savons tous, mais les autres ont sombré dans le sommeil. Ils n’ont peut-être pas vu, comme moi ?

Il faudrait que je les réveille, ils pourraient me venir en aide, peut-être.

Toute la journée, nous avons combattu, sans arrêt. Il n’y a que peu de temps que je suis dans cette armée, et je crois que j’ai déjà prouvé mon courage, pourtant cette nuit je sens qu’il m’abandonne.

Nous avons dressé ce campement au crépuscule, dans ce coin de bois très touffu. La grande tente a été montée très vite, sans bruit, sans parler, puis des branchages ont été disposés pour qu’elle ne soit pas visible, ou bien aussi peu visible que possible. L’ennemi, toujours l’ennemi, qui est là, proche, et qui guette.
Ont-ils aussi cette peur latente, cette angoisse qui les tenaille ?

Nous avons rapidement mangé, des rations de combat, froide, sans goût, puis nous nous sommes glissés sous la tente, alors que la pluie commençait de tomber, glaciale. Des rafales de vent, des éclairs. Les uniformes trempés, et de la boue qui s’infiltre sous la toile pourtant censée être imperméable.

Nous avons étendu les minces tissus qui nous servent de sacs de couchage, et nous nous sommes écroulés, recrus de fatigue, mouillés, frigorifiés. Tout de suite des ronflements autour de moi, mes camarades qui dormaient. Pourquoi est-ce que je ne me suis pas endormi comme eux ?

Demain l’ennemi va attaquer, et je n’aurai pas fermé l’œil, mais l’ennemi qui me guette est d’une tout autre nature !

Un éclair me l’a montré, ici même, dans la tente, monstrueux, horrible.

Maintenant l’orage a presque cessé, il n’y a plus qu’une pluie fine, qui fait un bruit très léger, qui serait apaisant si je pouvais penser à autre chose qu’à cette chose qui attend pour se déplacer, et sucer notre sang, ou pire encore. Il n’y a plus d’éclairs, et je ne vois plus rien, je ne peux plus rien voir ! Seulement sentir, attendre la terrible sensation qui viendra, j’en suis sûr, à un moment ou l’autre. Et après ? Les souffrances ? Il n’y a pas de médecin avec nous !

J’en suis certain, cette créature va se glisser, en silence. Jamais ne n’aurais cru que cela pouvait exister, aussi terrifiant !

Tenir, tenir à tout prix, le jour ne tardera pas. Je pourrai peut-être me défendre.

Il fait noir, si noir …

                                                                       *

 

‒ Comment cela tu n’as pas pu dormir ?!!!

…….

‒ Quoi !!! Tu as eu peur de cette petite araignée !  Mon garçon, laisse-moi te dire qu’ici, en Guyane, c’était plutôt un modèle réduit ! Et d’ailleurs elles ne sont pas agressives, et de plus les mâles n’attaquent jamais. Allez dépêche-toi, les exercices de manœuvre continuent !

 

                                                                       *

‒ Tu as pu te mettre à l’abri cette nuit ? Quel orage !!

‒ Ne m’en parle pas ! Je croyais être tranquille dans cette curieuse construction, mais c’était affreux ! Si tu avais vu les créatures qui étaient là-dedans ! Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi épouvantable ! Dès que le jour a pointé, j’ai pris mes pattes à mon cou et j’ai filé le plus loin possible !!

 

 

yeux_oeil_27.gif

Publié dans les contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine27 20/05/2011 09:54



Je me doutais bien qu'il y avait anguille sous roche, bien trouvé la grosse bête qui a peur de la petite et la petite de la grosse



flipperine 19/05/2011 18:24



ah ces orages ils ne font jamais rien de bon beaucoup de gens ont peur


bises



Alba 18/05/2011 17:37



oh, adorable la fin !


Tu nous ferais aimer les araignées, Hauteclaire 



Lilie-Norlane 16/05/2011 21:30



Bravo pour l'ambiance angoissante de l'attente dans la jungle. Je trouve presque dommage les deux rajouts...



Tricôtine 16/05/2011 21:29



incroyable Hauteclaire !! tu m'époustouffle l'horreur de la guerre dépeinte sous toutes les coutures et puis la petite
bête qui monte qui monte jusqu'au cerveau de cette pauvre recrue ... je ris et ça fait du bien de sortir de cette obscurité sur un pied de nez !! merci ! gros bizzoux velus d'araignée non
venimeuse