Le rêve du jaguar

Publié le par Hauteclaire

Cette quinzaine, pour la communauté de Pascale, les croqueurs de mots , Lenaïg à la barre nous a demandé de visiter le monde de la nuit.
Après tout, les animaux aussi ont leurs rêves ...

 

Le rêve du jaguar

                  (Leconte de lisle)

 

Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l'air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s'enroulant en bas parmi les souches,
Bercent le perroquet splendide et querelleur,
L'araignée au dos jaune et les singes farouches.
C'est là que le tueur de boeufs et de chevaux,
Le long des vieux troncs morts à l'écorce moussue,
Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.
Il va, frottant ses reins musculeux qu'il bossue ;
Et, du mufle béant par la soif alourdi,
Un souffle rauque et bref, d'une brusque secousse,
Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,
Dont la fuite étincelle à travers l'herbe rousse.
En un creux du bois sombre interdit au soleil
Il s'affaisse, allongé sur quelque roche plate ;
D'un large coup de langue il se lustre la patte ;
Il cligne ses yeux d'or hébétés de sommeil ;
Et, dans l'illusion de ses forces inertes,
Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs,
Il rêve qu'au milieu des plantations vertes,
Il enfonce d'un bond ses ongles ruisselants
Dans la chair des taureaux effarés et beuglants.

 

 

Rousseau9.jpg

 

(tableau, bien sûr, du Douanier Rousseau)

 

 

 

 

Publié dans les poèmes classiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MCM 29/01/2011 20:27



Tout est beau, le poème mais aussi le tableau.



Hauteclaire 30/01/2011 18:38



Merci MCM,


je sais que tu es sensible à la peinture



fransua 28/01/2011 19:40



la nuit est sauvage chez toi, j'ai lu une panthère noire qui ferait un beau couple avec lui pour ls jeudis en poésie


bonne soirée



Catheau 27/01/2011 19:07



Nos rêves sont-ils si différents de ceux des animaux ?



Armide+Pistol 27/01/2011 19:02



Leconte de l'Isle détenait la puissance descriptive. Je me souviens du poème "Les éléphants"


"Celui qui tient la tête est un vieux chef. Son corps
Est gercé comme un tronc que le temps ronge et mine;
Sa tête est comme un roc et l'arc de son échine
Se voûte puissamment à ses moindres efforts".



Jeanne Fadosi 27/01/2011 16:57



Sourires ... Le douanier Rousseau en connaissait un rayon sur les fauves ... et Leconte de Lisle aussi ...