Le voyage, deuxième épisode, 1

Publié le par Hauteclaire

16.jpg

 

 

 

Le voyage a maintenant bien commencé (le début par ici  lien )

 

Poursuivons la route prise par nos héros !

 

Le départ

         Zdem se dirigeait à grands pas vers ses quartiers, dans le grand vaisseau d’exploration qui s’était posé près de la base Tycho. Il aimait bien parcourir le bâtiment dont il avait le commandement depuis quelques années. L’engin était devenu une sorte d’ami silencieux, mais très présent, et il en connaissait les moindres recoins comme sa propre poche. Il aimait voir le va-et-vient des différentes équipes, les hommes qui s’activaient aux tâches assignées,  le saluaient au passage, avec déférence, mais aussi un sourire. Il était très apprécié à son bord, et en tirait grande fierté.
Il aimait tout autant passer le long des serres installées dans les flancs de métal, paysage vert, jaune ou bleu, promesse de bons repas tout au long des missions. Voir la salle des machines était aussi un plaisir, les propulseurs ronronnant doucement, assurant la vitesse de l’appareil comme l’éclairage et la chaleur quand il était arrêté, posé sur un astre sec et désertique comme cette lune.
Désertique ? Plus vraiment, des équipes de renfort étaient arrivées de Liattra, et tout ce monde s’activait sans pause, sans perte de temps, par roulement. Très bientôt la base de Tycho allait pouvoir leur servir. Dépoussiérée, décontaminée, ils allaient s’y installer, au moins en partie, ce serait plus pratique que de s’entasser sur le vaisseau, si grand soit-il.
Tout cela Zdem le connaissait, pour l’avoir fait et vécu des dizaines de fois, mais il ne se lassait jamais de ces débuts d’exploration, si excitants, jusqu’au moment de rendre un rapport final, parfois d’installer un avant-poste. Liattra lui manquait, bien sûr. Sa famille, sa maison, sa terre, et ses parfums si subtils et pénétrants. Peut-être était-ce le moment de demander à revenir, et occuper d’autres fonctions ? Les enfants grandissaient vite, il ne voulait pas rater leur enfance et leur jeunesse.
Mais ce soir-là, tout se fondait dans une sorte de brume, et même les serres furent dépassées sans un vrai regard. Sous son bras, bien enveloppé, le commander Zdem tenait le journal du capitaine Jourdin, et dans la main, l’indispensable petit traducteur. Il ne pensait pas pouvoir le garder très longtemps avec lui, et voulait, d’une manière presque irrationnelle finir la lecture de ce précieux document, avant que les historiens ne le prennent.
La porte de ses quartiers s’ouvrit silencieusement devant lui, et avec un soupir d’aise, Zdem entra. Des quartiers bien modestes en fait, deux pièces, l’une lui servant de bureau, l’autre de chambre, une cabine pour ses ablutions, c’était tout. Une armoire réfrigérée pour abriter ses provisions, plus des casse-croûtes qu’autre chose, les repas se prenaient à la cantine du bord.
Le seul luxe, réellement apprécié, était un grand hublot, presque une fenêtre, sur l’extérieur. Il n’y en avait pas tellement à bord, et Zdem aimait ce petit privilège dans sa chambre. Elle pouvait s’opacifier à la demande, ce qu’il fit pour avoir plus d’intimité. Pur réflexe qui le fit sourire, dehors il n’y avait pas grand-monde !
Il prit une douche ultra sonique, il n’était pas envisageable de se servir d’eau, et après avoir revêtu sa tenue de repos, sorte de combinaison ample et légère, il s’installa devant sa table de travail, avec le livre, le traducteur, et une tasse de potage fortifiant, pour reprendre sa lecture là où il l’avait laissée.

Journal du capitaine Jourdin

Dans la plus grande fébrilité, nous avons poursuivi les essais et les mises au point de notre vaisseau d’exploration. Exploration ? 

Ce n’est plus le terme maintenant, il faut parler de chasse ! Allons-nous réussir ? Rien n’est moins sûr, voilà deux mois de notre temps terrestre que ces sphères sont passées pour semer la destruction. Mais leur sillage reste bien présent, traverser ainsi l’hyper espace ne se fait pas sans laisser des traces, nous en avons maintenant la preuve. Des navettes légères, qui servent d’ordinaire aux ravitaillements avec la Terre ont fait quelques reconnaissances, jusque vers l’orbite de Pluton, et ont pu constater que le chemin des sphères est toujours bien visible pour nos appareils, comme un sillon labouré dans le sol de ce que fut notre monde.

 

A suivre ...

 

Et toujours sous l'égide de Lénaïg, et de sa communauté "feuilletons, histoires à suivre ..."

Publié dans Le voyage

Commenter cet article

Erato :0059: 16/01/2012 23:06


J'oserais te dire que c'est trop court tellement je suis captivée par l'histoire.Tu es géniale. Bonne soirée, bises Hauteclaire

Hauteclaire 17/01/2012 00:21



Je rougis comme un coquelicot !


Merci Andrée, j'espère que tu aimeras continuer la lecture !


Gros bisous et douce nuit



chevrette13 16/01/2012 16:07


quelle imagination , un douche ultrasonique, ça existe ça ???? bisous

Hauteclaire 17/01/2012 00:40



Euh ... je me demande ? mais pourquoi pas ? Il me semble que certains labos utilisent ce système pour les outils ?


Gros bisous à toi



Belbe 16/01/2012 13:28


un merveilleux voyage

Hauteclaire 17/01/2012 00:45



Merci Bernard



emma 16/01/2012 09:17


ah bravo, quand l'histoire sera finie, j'espere que tu la publieras en lecture suivie en ligne

Hauteclaire 17/01/2012 00:47



Merci Emma,


je ferai sûrement un livre relié comme toujours, sur Lulu . Mais présenter sur "Calameao" pourquoi pas ?


Bisous



jill-bill.over-blog.com 16/01/2012 08:38


Merci Hauteclaire.... Je te félicite pour ton imaginaire dans ce voyage !  Bises de jill

Hauteclaire 17/01/2012 00:49



Merci à toi Jill,


j'espère que tu aimeras continuer le voyage !


Gros bisous