Le voyage : le feu de camp 2

Publié le par Hauteclaire

paysage_cosmique_planete_au_loin.jpg

 

 

 

 

Nous avons marché assez facilement, les arbres étaient immenses, bien plus que les nôtres, mais ils n’abritaient pas une telle densité de végétation sous leurs branches. Ce  qui était surprenant, et finalement très dérangeant, était le silence régnant sur cette planète. Pas le moindre chant d’oiseau, aucun animal pour nous observer, et aucun être humain pour venir au-devant de nous, ou nous combattre. Dans ces conditions, nous avancions rapidement vers la ville entrevue.

 

La décision de camper pour la nuit avait été prise rapidement. Le centre était encore assez loin, et l’atteindre en pleine nuit pas réellement intéressant. Le matériel compressé avait été déployé, formant des abris très efficaces contre les éléments, et même des attaques animales. Au matin, il suffirait d’actionner le mécanisme, et chaque abri retrouverait sa place dans le sac, redevenu plat comme un écran d’ordinateur. Remerciant mentalement Ler Zteris, l’inventeur du système de compression, Zdem avait décidé de l’emplacement du petit campement, au milieu de ce qui avait dû être un lieu de réunion, ou de spectacle peut-être, avec de hauts gradins qui subsistaient sur un côté. Le reste était écroulé, et recouvert d’herbe. Le large espace central, dégagé, permettrait de voir si quelque chose approchait

Le petit campement avait donc été rapidement dressé, à l’ancienne, autour d’un feu de camps. Ce n’était pas les débris végétaux qui manquaient pour l’alimenter !

L’équipe était fatiguée, résultat de cette tension nerveuse palpable depuis le début de la mission, et tous se retirèrent rapidement sous les petites tentes, sauf  Loqmar, qui s’était dévoué pour le premier tour de garde.

Zdem, allongé dans son couchage décompressé, s’était  dit qu’il aurait aussi bien pu prendre ce tour, car il n’arrivait pas à trouver le sommeil, préoccupé par la mission, et peut-être plus encore par ce qu’il avait lu dans le journal de Jourdin.

Ce journal, il avait dû le laisser sur Tycho, et le traducteur n’arrivait à livrer que quelques pages à la fois, laissant le lecteur plus impatient à chaque interruption. Il ne pouvait que retourner les dernières phrases dans son esprit.

Brusquement Il y eu une trouée dans les arbres, et nous nous sommes trouvés devant la coupole transparente. Transparente ? Elle ne l’était plus tellement, la terre, les pluies, les végétaux avaient formé une pellicule qui rendait la vision vers l’intérieur assez floue. Il y avait de nombreux édifices, hauts, massifs, et ils paraissaient trembler au travers de cette crasse accumulée. Nous nous doutions déjà de ce qui nous attendait.

 

 

 

A suivre ....

 

Pour la communauté de Lénaïg  "feuilletons, histoires à suivre ..."  

Publié dans Le voyage

Commenter cet article

Tit'Anik 20/03/2012 22:30


Trop court .... vite la suite ...


Je me suis prise à l'histoire ... une trouée dans les arbres ... la coupole aurait-elle le don de se déplacer ? ...


À bientôt de te lire


Bisous

Hauteclaire 23/03/2012 01:47



Merci Tit'Anik,


j'espère que tu auras envie de continuer ... et pour la coupole, et bien ...à suivre


Merci pour ta lecture


Bisous



Erato :0059: 20/03/2012 22:01


Je suis comme Zdem , impatiente de savoir ce qu'on va découvrir ! Il faudra dormir longtemps ? 


Douce soirée, bises Hauteclaire

Hauteclaire 23/03/2012 01:48



Merci Andrée


de suivre ce voyage ! Un épisode par semaine, ça me parait un bon rythme


Gros bisous à toi



rosinda59 20/03/2012 15:40


quelle imagination fertile et surtout très prenante. J'ai hate de savoir la suite


un grand bravo pour ce talent de conteuse


bisous


régine 

Hauteclaire 23/03/2012 01:49



Merci Régine,


j'espère que tu auras envie de continuer . Je suis toute rouge en lisant tes compliments !


Gros bisous à toi



ZAZA 20/03/2012 08:42


Un deuxuème volet qui vient de me régaler. Bises et bonne journée - ZAZA EKLABLOG

Hauteclaire 23/03/2012 01:50



Merci Zaza


pour ta lecture


et des bisous



jill-bill.over-blog.com 20/03/2012 07:37


Bonjour Hauteclaire, je n'ose imaginer, tu le fais tellement mieux pour nous.... Suspens !  Bisous de jill madame l'écrivain de science-fiction...  

Hauteclaire 23/03/2012 01:55



Merci Jill


j'adore écrire sur les mondes lointains ! Alors super contente que tu aimes


Gros bisous à toi et un coucou au château