Les vacances de Cyril: aventures dans les îles 3

Publié le par Hauteclaire

 

malbouncec

 

 

 

Cyril au cap Horn

 

Ouh la la ! Quelle semaine cela avait été pour Cyril.

D’abord, il avait été rappelé d’urgence dans le royaume Pc, pour présenter un sujet autour des premiers pas de l’homme sur la lune, et il avait dû passer un bon moment là-haut.

C’était intéressant, mais il ne s’y était pas beaucoup plu. C’était un monde trop vide, trop immobile. Pendant son voyage à bord du vaisseau spatial de la capitaine Idori , voyage qui l’avait mené à l’autre bout de la galaxie, il avait eu l’occasion de voir plusieurs planètes, mais toutes étaient soient habitées, soit porteuse d’une nature en pleine évolution. Il n’y avait pas eu d’exploration de mondes stériles.

La lune, il préférait de beaucoup la voir depuis la terre ! Quand elle brillait comme un diamant dans le ciel, et surtout avec Abby.

La jeune dragonne, figure de proue du Dénébola lui manquait énormément, plus que deux ou trois semaines de navigation, et il la rejoindrait, près de la Polynésie, où son navire se trouvait. Quelle joie, rien que d’y penser, Cyril sentait son cœur battre.

Ensuite, il y avait eu le deuxième anniversaire du blog de sa chroniqueuse du monde réel, Hauteclaire. Comment ne pas être présent ! Et que d’émotion en rencontrant nombre de ses lecteurs. La journée avait été très remplie, les visites, les commentaires, puis retour sur l’Altaïr.

Barbe d’Or, comme promis, l’avait attendu ancré au large de l’île de la Georgie du Sud où ils étaient arrivés quelques jours avant.

Cyril était remonté à bord avec grand plaisir, et avait repris son poste à la vigie, parfois à la barre, ou tout simplement au nettoyage du pont, comme pour tous les membres de l’équipage.

Le navire descendait plein sud à présent, au large des côtes américaines.

Le soleil et le ciel bleu du début du voyage n’étaient plus que des souvenirs. La mer et le ciel se confondaient en un gris teinté de bleu, et la température continuait de chuter. Les vêtements de pirates des mers chaudes avaient cédé la place à d’épais pulls, des bottes fourrées, et si les anneaux d’or brillaient toujours aux oreilles, c’était en dépassant d’un gros bonnet.

Cyril lui-même, avait repris les tricots et houppelande qu’il avait pour son séjour chez Fantasty, dans le grand nord, et tout là-haut, dans la vigie, deux jets de vapeur sortaient de ses naseaux à chaque respiration.

la mer avait aussi beaucoup changé d’aspect. Les eaux étaient gris ardoise, et la houle formait des creux souvent impressionnants, longs et profonds, que l’Altaïr franchissait avec vaillance. Cyril admirait en la circonstance les compétences de Barbe d’Or et de son équipage. Tous savaient parfaitement ce qu’il fallait faire dans ces eaux redoutables, et le voyage se poursuivait sans heurts.

Le cap Horn ! Que de fois Cyril avait rêvé en lisant ce nom, et en regardant des photos, ou des reportages sur cet endroit mythique, il avait laissé libre cours à son imagination :

Les quarantièmes rugissants… Tout un programme ! Mais Cyril espérait que le passage se ferait par beau temps, sans difficultés.

Le navire avançait à bonne vitesse, les côtes au loin, à tribord, et tout à coup Cyril sut qu’ils y étaient.

Le froid vif, la mer creusée par de vagues qui cisaillaient la coque, imprimant un mouvement de roulis et de tangage tout à la fois, tant et si bien que Cyril devait se tenir fermement au rebord de sa vigie. En bas, Barbe d’Or, fermement campé à la barre, hurlait des ordres brefs ; et des hommes se précipitèrent dans la mature pour replier la moitié des voiles. Cyril fixait les flots, l’horizon, et n’avait pas trop de ses deux yeux de dragon, perçants comme ceux d’un oiseau de proie, pour deviner des obstacles éventuels et prévenir à temps du danger.

Là-bas, tout là-bas, par bâbord avant, qu’est ce que c’était ? Une énorme masse aux contours imprécis dans une atmosphère brumeuse, ce ne pouvait être un autre navire ?

Un iceberg ! le premier que Cyril ait jamais vu

Il le signala à Barbe d’Or, puis reprit son observation.

Il faisait de plus en plus gris, et le vent se renforçait, sifflant de manière continue dans les oreilles du dragon. Et tout à coup, la tempête fut sur l’Altaïr.

Le vent déchaîné hurlait aux oreilles de Cyril, pendant qu’une pluie mêlée de neige s’abattait sur le bateau, coupante comme des lames de couteaux. La houle s’était accentuée, et la proue plongeait et se relevait dans les vagues suivant des angles impossibles. Des paquets de mer bouillonnants balayaient le pont, où seuls les hommes indispensables étaient restés.

– Cyril ! reste là-haut, et n’essaie pas de voler ! hurla Barbe d’Or, au travers de la bourrasque.

Le dragon se demanda brièvement s’il allait réussir à obéir, quand l’Altaïr, pris par une lame sur le travers, pencha dangereusement sur un bord, les mats se retrouvant presque en parallèle à la mer. Il vit l’eau remonter vers lui rapidement, et sentit un paquet d’embruns lui fouetter le museau. Il avait déjà ouvert ses ailes quand, par miracle, le bateau se redressa et poursuivit vaillamment sa route.

Où pouvaient-ils bien être maintenant ? Même Cyril n’y voyait presque plus rien au travers de la boucaille que la tempête avait suscité. Naviguer, naviguer à tout prix et rester à flot, plus rien d’autre ne comptait dans cet univers uniformément gris, où la violence des éléments faisait loi.

Tout aussi brutalement qu’il y était entré, l’Altaïr sortit de la tempête, les laissant abasourdis, le souffle court, trempés et transis. Cyril s’ébroua, et leva la tête. Le ciel était d’un bleu de pierre, dur et limpide, et devant la proue, droit devant, une ligne d’un blanc immaculé s’étendait à perte de vue.

Un continent, la banquise, le grand Sud !

A suivre …

Publié dans un dragon pour ami

Commenter cet article

AUDOLY-NOURIAN 06/09/2012 10:01


quel périple il a fait ce Cyril j'y ai vraiment cru c'est très bien raconté bonne journée gros bisous MA

Hauteclaire 07/09/2012 02:41



Merci Antoinette,


Cyril t'envoie aussi plein de bisous bien flambés


Avec les miens






Erato :0059: 05/09/2012 22:01


Un voyage mouvementé mais intéressant .Il est heureux Cyril de ce périple. J'espère qu'il ne va pas attraper froid. Belle soirée Hautecleire

Hauteclaire 06/09/2012 02:03



Bonsoir Andrée,


Cyril te remercie pour ta lecture et tes compliments ! L'aventure se poursuit, et nous espérons tous deux qu'elle continuera de te plaire.


Gros bisous



Nina Padilha 05/09/2012 18:17


Mazette ! On s'y croirait tellement c'est bien raconté !
Bisous !

Hauteclaire 05/09/2012 20:45



Merci Nina


et le dragon est ravi


De gros bisous



Clio Francine 05/09/2012 10:25


Bonjour Geneviève ; merci pour ces épisodes de Cyril ; j'aime beaucoup !


Gros bisous et belle journée.


Francine.

Hauteclaire 05/09/2012 20:50



Merci à toi Francine,


Cyril t'envoie une grosse bise aussi , avec moi






jill-bill.over-blog.com 05/09/2012 08:46


Ah pas de tout repos ça mon cher Cyril....  Merci Hauteclaire, bises de jill

Hauteclaire 05/09/2012 20:52



Merci Jill


Cyril t'envoie ses compliments et bises tout plein ... avec moi