Les vacances de Cyril: aventures dans les îles 7

Publié le par Hauteclaire

Cyril kado

Cyril en Polynésie

Cyril, du haut de sa vigie, respirait avec bonheur l’air salin qui soufflait avec allégresse depuis plusieurs jours. L’Altaïr maintenait une vitesse rapide, fendant les flots d’une étrave assurée.

Les eaux étaient devenues d’un bleu turquoise limpide, laissant voir un fond pourtant lointain, et les habitants de l’océan. La température s’était réchauffée, le ciel était d’un azur de pierre précieuse, à peine parsemé ici et là d’un petit nuage blanc qu’on aurait dit posé pour la décoration.

Cyril prit une bouffée d’air, respirant à plein poumons. Quelles belles vacances ! Ce long voyage n’avait peut-être pas été très reposant, il s’était passé beaucoup de choses depuis son départ du royaume Pc, mais il ne regrettait pas un seul instant de ces semaines passées à naviguer avec ses

amis pirates.

Il sortit de sa rêverie, il fallait quand même surveiller les environs, c’était pour cela que Barbe d’Or lui demandait de monter tout en haut du grand mat ! Avec ses perceptions plus aiguisées que celle d’un humain, en particulier la vue, il pouvait déceler plus rapidement l’approche d’un danger…à condition de ne pas être totalement ailleurs en pensées !

Il n’y avait pas encore de terres visibles, mais elles ne devaient pas être très éloignées. Déjà quelques oiseaux les avaient survolés, d’assez loin, montrant que leur but se rapprochait.

Cyril sentit son cœur battre plus fort à cette pensée : la Polynésie ! des îles paradisiaques, vertes et parfumées, où il fait bon vivre. Et puis surtout, le Dénébola serait là, et avec lui sa figure de proue, Abby,  la petite dragonne rouge.

Il était prévu qu’il change de navire pour monter à bord du Dénébola, et y finisse ses vacances, pour profiter de la compagnie d’Abby.

Bien sûr il était triste de quitter l’Altaïr et son équipage, et Barbe d’Or, et John le rouge, mais voir Abby lui faisait oublier la petite pointe de nostalgie. Et il voulait profiter à fond des deux semaines qui lui restaient avant la rentrée.

De toute façon, il aurait bien l’occasion de retrouver l’Altaïr de temps à autre, pendant un moment de libre. Une fois qu’il aurait changé de bateau, Barbe d’Or avait prévu une campagne de piraterie qui, selon lui, allait enrichir considérablement son bord.

Cyril s’était bien promis de leur rendre visite au plus vite pour voir les trésors qu’ils auraient pris en abordage.

Le Dénébola n’était pas aussi beau, un deux-mats seulement, mais il s’y sentait aussi comme chez lui, le capitaine Long Harry ne lui en avait pas voulu de cette fameuse première rencontre, où sous le commandement de Barbe d’Or, il lui avait brûlé ses voiles pour  récupérer Viveca, la sirène figure de proue qui s’était laissé enlever. Il fallait reconnaître que celle-ci avait facilement l’humeur vagabonde, et que la promesse d’un bord où tous seraient à ses quatre volontés avait de quoi la séduire.

Tout s’était bien terminé, et il avait rencontré Abby.

Les hommes de l’Altaïr le moquaient gentiment en voyant son agitation grandissante à mesure que le lieu de rendez-vous se rapprochait.

Et les cadeaux ? Allait-elle les aimer ?

Du royaume Pc, il amenait une boite de bonbons tout spécialement faits par maître pâtissier pour la circonstance. Des bonbons à la coque dure, et au cœur fondant aux fruits, ceux qu’elle aimait, bien enveloppés dans une boite solide, entourée d’un papier multicolore et d’un ruban doré.

Il y avait aussi une écharpe, faite à ses couleurs, rouge et jaune. Une breloque avec sa chaîne, en forme de trèfle à quatre feuilles, en argent émaillé de vert, et un cœur représenté par un minuscule diamant. Il l’avait trouvée dans un site de ventes en ligne, et Magnus lui avait donné la permission de l’acheter, puisque c’était lui qui réglait les transactions.

Tout cela était bien à l’abri dans la valise de Cyril, mais il n’avait pu s’empêcher de regarder encore et encore les paquets, en se demandant s’il avait fait le bon choix.

Consultée, comme souvent, la fée Lilas avait donné son approbation, les cadeaux étaient très bien ! Ce qui n’empêchait nullement Cyril de s’angoisser !

Allons, il fallait surveiller l’horizon ! Une fois de plus le dragon s’était laissé aller à ses pensées, oubliant de regarder.

Et il y avait du neuf !

Là-bas, juste sur la ligne où la mer rejoignait le ciel, une silhouette noire se dessinait, plus nette à mesure que l’Altaïr avançait. Cyril regarda en bas, vers le pont, où les hommes vaquaient à leurs travaux. John le rouge, le second, tenait la barre d’une main de fer, pendant que Barbe d’Or fumait sa pipe, assis sur des cordages enroulés avec la régularité d’un mécanisme d’horlogerie. Tout respirait le calme, et personne n’avait encore rien vu.

Cyril savoura encore quelques instants la joie d’être le seul à savoir, puis lança :

     –  Terre ! Droit devant !

Aussitôt l’ambiance changea. John le rouge leva la tête :

­     –  Tu es sûr ?

     –  Combien de milles ? lança Barbe d’Or.

Cyril releva les yeux, fixant la ligne pour estimer la distance :

     –  Une trentaine

Barbe d’Or se saisit de sa longue vue pour la braquer vers l’horizon, pendant que les hommes, sous les ordres de John, commençaient de manœuvrer, se répartissant les tâches en un ballet bien ordonné, pour serrer le vent au plus près, et ainsi augmenter la vitesse du navire. Tous étaient pressés d’arriver pour passer quelques jours de repos avant de reprendre le chemin de la piraterie.

     –  Allons garçons !  hurla Barbe d’Or,

Hissez les voiles ! je veux voir la plage de cette île et descendre à terre au plus vite,  nom d’un mat de misaine !

L’équipage n’avait pas besoin qu’on le lui dise, tout fut fait en un temps record et l’Altaïr vola sur les flots, plus qu’il ne navigua. On aurait dit que le bateau lui-même était pressé d’arriver, se dit Cyril.

Les contours de l’île se faisaient de plus en plus nets, de plus en plus précis. Les palmiers qui frangeaient la plage apparaissaient. Le sable presque blanc, et derrière, une forêt luxuriante d’un beau vert sombre, le tout accompagné d’une délicieuse odeur vanillée. Cyril vit que des embarcations étaient mises à l’eau, et que de solides rameurs les faisaient avancer dans leur direction. Les habitants de l’île venaient à leur rencontre, pagayant en rythme. Sur la plage, un groupe s’était rassemblé, encore un peu indistinct à cette distance, mais brillant de toutes les couleurs de paréos éclatants.

Et le Dénébola ? Cyril eut un moment d’angoisse en ne le voyant pas.

Si ! Là !  Mouillé un peu à l’écart, dans une eau encore assez profonde, le bateau se balançait doucement au gré de la houle.

Et là, se détachant sur le ciel limpide, comme une flamme, Abby ! Qui arrivait à tire d’aile !

Cyril ne fit qu’un bond hors de sa vigie, prenant son vol pour aller à sa rencontre, ignorant les exclamations de Barbe d’Or et les rires de l’équipage :

     –  Abandon de poste, moussaillon !  Braillait le capitaine, la phrase terminant dans un rire.

     –  Abby, comme ça me fait plaisir de te voir !

     –  J’étais tellement impatiente !

Les deux dragons se mirent à parler à bâtons rompus, de façon un peu décousue, tout en volant côte à côte, tout au plaisir de se retrouver ensemble.

Ils se posèrent sur la plage, et Cyril put à loisir détailler son amie. Qu’elle avait changé en peu de temps ! Elle avait grandi, s’était un peu arrondie. L’écaille avait pris un brillant remarquable, en irisation de rouge. Abby devenait une très belle jeune dragonne ! Qui se tortillait un peu, à la fois gênée et coquette devant cet examen.

Des bruits de voix détournèrent leur attention, le groupe aperçu de loin arrivait près d’eux, et Cyril vit qu’il s’agissait de jeunes femmes et d’enfants, qui venaient les bras pleins de colliers de fleurs qui embaumaient :

     –  Aloa Cyril !

Et le dragon se retrouva avec une bonne dizaine de colliers passés autour du cou avant d’avoir eu le temps de dire ouf. Ils se regardèrent avec Abby, pour éclater de rire, avant de suivre les femmes et aller accueillir Barbe d’Or, qui était en train d’arriver, campé sur un des canotes :

     –  Alors Cyril ! On quitte le navire sans permission ? Ai bien envie de te faire mettre aux fers pour une indiscipline de ce genre !

     –  Oh capitaine, commença l’intéressé, s’interrompant immédiatement en voyant la petite lueur dans les yeux du pirate.

Celui-ci se mit à rire, imité par les hommes de l’équipage qui arrivaient en même temps, et les habitants de l’île, qui tiraient les pirogues sur le sable.

     –  Amusez-vous les enfants ! fit Barbe d’Or.

Un silence succéda à ces mots, et Cyril vit que les îliens s’inclinaient avec respect devant une nouvelle venue, une femme âgée, dont les cheveux blancs tranchaient sur les longues crinières d’un beau noir brillant qui l’entouraient. La reine de l’île, et aussi de tout l’archipel se déplaçait en personne pour recevoir ses hôtes. Barbe d’Or, avec cérémonie, lui remit un paquet enveloppé de soie chamarrée, dont Cyril savait qu’il contenait des perles d’une taille imposante, tout en échangeant quelques mots protocolaires.

Puis l’atmosphère se détendit sensiblement, l’assemblée se dirigeant vers le village tout proche, suivant la reine et Barbe d’Or. Les deux dragons emboîtèrent le pas, tout en bavardant :

     –  Tu viens jusqu’au bateau ?  disait Cyril, j’ai des cadeaux pour toi !

     –  Oooh, fit Abby, qu’est-ce que c’est ? Allons-y ! Puis il faut revenir vite, nous sommes tous invités pour le luau de ce soir !

     –  Un luau ?

     –  Une fête, des chants, des danses, tu verras, c’est magnifique !

Les deux dragons s’envolèrent vers l’Altaïr d’un même battement d’ailes. Le soleil commençait de descendre sur l’horizon, teintant de rouge la mer à peine ridée.

Une très belle soirée s’annonçait.

 

A suivre !

Publié dans un dragon pour ami

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flipperine 06/10/2012 23:21


bon wwek end

Hauteclaire 07/10/2012 02:10



Merci Flipperine,


bon we à toi



Nina Padilha 04/10/2012 11:35


Cool ! J'ai hâte de lire la suite !
Bisous !

Hauteclaire 06/10/2012 02:21



a mercredi


Bisous Nina



jill-bill.over-blog.com 03/10/2012 13:54


Aloa Cyril, je dis comme la fée Lilas, il sont bien beaux tes cadeaux !  Et bon luau alors ! Merci Geneviève, bises de JB

Hauteclaire 04/10/2012 02:23



Merci Jill


de ma part et de celle de Cyril, bien sûr


Pour le luau ... à la semaine prochaine !


Gros bisous à toi