Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Des mots et merveilles
  • Des mots et merveilles
  • : Les mots sont les miens, les merveilles sont celles de la nature. Des photos, au fil de mes rencontres et mes envies, des contes, des récits autour de l'amour
  • Contact

Bonjour à tous

Bonjour, je m'appelle Cyril et je vous accueille dans ce blog 

XX113813

 

 

 

 

Recherche

Mes communautés

Entre ombre et lumière: Link

 

verres 2

 

Octobre 2013 

Thème du mardi 8 octobre : souvenirs de vacances

Thème du mardi 15 octobre : insolite

Thème du mardi 22 octobre: champignons

Thème du mardi 29 octobre: alignements

Thème du mardi 5 novembre : vols d'oiseaux

Thème du mardi 12 novembre : toiles d'araignées

Thème du mardi 19 novembre : sillages

Thème du mardi 26 novembre : clair de lune.

Thème du mardi 3 décembre : rouge,jaune, vert, couleurs d'automne

Thème du mardi 10 décembre : poissons

 

 

 

  Week-end du petit patrimoine : link

 

avatar

 

 

Week-end du 9/10 novembre : chaussures anciennes (Anika)

Week-end du 16/17 novembre : libre

Week-end du 23/24 novembre : libre

Week-end du 30/1er decembre : les arbres remarquables (Murielle)

Week-end du 7/8 décembre : les cages à oiseaux (Hauteclaire)


 

Un dragon pour ami : Link

 

XX113856

 

En vert comme bleu : link

 

en bleu 1

 

Rejoignez -nous !

Ma page Hellocoton

Retrouvez Hauteclaire surHellocoton

les cadeaux

un petit coeur  d'amitié


offert par Alba

Pour mon millième comm'



offert par Alba

*

offert par LIlibeth



offert par Jaly

http://data0.eklablog.com/hauteclaire/perso/sunshine-award.jpg

offert par Tataray

album fleuri

Visitez aussi mon petit espace fleuri: promenades [clic]



               Mes livres publiés, rêver, s'évader, pour petits et grands   Visitez ma vitrine (CLIC) 

 

mes livres                                         

7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 13:49

 

klimt11.jpg

 

 

L'envie la regardait, dissimulée derrière les troncs humides, dégoulinants de la chair végétale décomposée, elle fixait la folie de son regard âpre. Qu'allait elle pouvoir lui arracher, et comment lui instiller son poison?
La folie ne la voit pas, elle ignore tout du danger qui la guette, et elle désespère.
L'amour a disparu, happée par le marais, évanouie dans quelque royaume mystérieux et caché. La folie se laisse tomber à genoux, harassée, la tête baissée. Un contact de velours ramène la vie en elle. Le blanc palefroi effleure de ses naseaux tendres son front moite.
Elle s'appuya contre le flanc soyeux, entourant de ses bras minces et blancs l'encolure puissante et suave, noyant son visage dans la crinière épaisse, qui se mêla de cheveux roux. Le destrier regarda vers la forêt profonde, et elle sentit le flanc vibrer contre elle. Il ne protesta pas quand d'un seul bond elle s'enleva, pour reposer son corps las et inquiet sur le dos immaculé. Il prit son élan, doucement d'abord, puis de plus en plus vite, entre les arbres noyés de brume, l'emportant là où il allait.


Le soleil finissait sa course, disparaissant au delà de l'horizon, illuminant la montagne de ses derniers rayons d'or en fusion. Le vent la faisait frissonner, apportant un parfum délicat d'herbe et de fleurs sauvages. Sa monture s'ébroua et reprit sa marche, posant délicatement ses sabots brillants sur la végétation luxuriante. La folie sentit la présence de l'amour, toute proche. Allait-elle pouvoir la reprendre? Contre sa jambe, le flanc puissant ondulait au rythme du galop qui l'emportait vers le sommet de la montagne, là où la lumière paraissait autre.

La folie se sentit saisie d'un sentiment de peur, mêlé de respect devant la grandeur de ce qui s'offrait à ses yeux. Derrière la brèche ouverte comme une plaie dans la montagne, une douce vallée s'étendait. Le vent léger lui apportait les senteurs douces des fleurs innombrables qui recouvraient le sol tel un tapis de roi. La lumière, baignée d'or, emplissait ses yeux, lui faisant perdre la mémoire de ce qu'elle venait de quitter. Au loin, un lac miroitait, ses eaux cristallines reflétant un ciel limpide. Le cheval parut attendre un instant qu'elle prenne sa décision. Si elle s'engageait, il n'y aurait plus de retour possible.
Il reprit sa marche, avançant en silence, ses sabots devenus souffle.
La folie se taisait, se retenait d'appeler. Allait elle retrouver l'amour en ce lieu?

 

Cet article pour la communauté de Kri : aux portes de l'imaginaire conclu mon défi perso  clic

Repost 0
Published by Hauteclaire - dans L'amour et la folie
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 00:25

Introduction  CLIC

 

 

nisbet_h1.jpg

 

Le vent léger ride à peine l'eau de la rivière, tout est redevenu calme, sans un souffle, pesant et menaçant. L'ombre derrière le rocher grandit, s'épaissit, se redresse. Avec avidité elle observe les amants guettant le moment propice où elle pourra bondir.
Eux sont encore inconscient de cet ennemi qui s'approche sans bruit, tout à leur amour, ne savent pas qu'ils sont les proies désignées de cette ombre enragée.
La jalousie.
 La folie s'est levée. Elle erre, pieds nus, les cheveux défaits, l'esprit accablé, incapable d'une pensée cohérente. Seule l'image de l'amour perdu l'obsède, et ses mains tremblantes cherche un vêtement pour sortir, sortir dans la nuit froide et claire, chercher.
Chercher jusqu'à ce que ses forces l'abandonnent, ou que sa raison ne la fuit, ne laissant que son enveloppe de chair immortelle.
Ses pas égarés la mène devant le creux de rocher. La fontaine coule sans bruit, trait d'argent dans la verdure, et là, tout près, un corps allongé, reposant calmement capte son regard. Le double de sa compagne n'est pas sorti de son sommeil à la fuite de l'amour.
La folie est lasse, épuisée d’avoir tant couru et pleuré.
Le soleil se lève lentement sur le marais, noyé de la brume qui monte en vapeur du sol détrempé. Pour un bref instant, les arbres, l’eau, tout paraît bleu, et dans cette douce couleur, un éclair blanc est apparu le temps d’un soupir. La folie a cru voir un destrier, et abandonnant l’amant à sa couche végétale, elle à suivi l’animal, espérant qu’il la mènerait à l’amour perdu. Elle s’engage sous la frondaison, et là, un monde étrange s’offre à elle. Tout y est silence, le soleil ne le perce qu’à peine et ses chemins sont tortueux. Elle marche, droit devant elle, espérant retrouver sa compagne, sous les yeux de ceux qui sont cachés, et qui l’observent avec avidité.
L'envie la regardait, dissimulée derrière les troncs humides, dégoulinants de la chair végétale décomposée, elle fixait la folie de son regard âpre. Qu'allait elle pouvoir lui arracher, et comment lui instiller son poison?

 

Repost 0
Published by Hauteclaire - dans L'amour et la folie
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 08:00

Bonjour à vous..

Je commence ici une assez longue série, une sorte de voyage onirique, que j'avais débuté il y a plusieurs années avec une relation du net.
Ma co-auteure ayant cessé tout contact, j'ai continué seule, et vous soumets mes textes uniquement. ..
Quand je serai arrivée à  la fin, peut-être vous joindrez vous à moi pour un dialogue, à deux ou bien plus ?
Qui sait ..

 

godward12.jpg

 

Chante, poétesse, le voyage étrange des deux sœurs, des deux amantes, l’amour et la folie. Voyage qui les mena aux quatre coins des terres et des mers infinies, et qui tant noua la trame de leurs destins, que les mortels l’évoquent encore.
Chantez, poétesses, la légende que la divinité vous murmura en songe, afin que nul n’oublie le destin terrible et merveilleux.

L'amour a deux visages, celui de la femme qui s'éloigne sous la lumière de l'astre nocturne, toute douceur et tendresse.
Il a aussi celui de l'amant, impétueux et caressant, sauvage et tendre. Celui- ci règne au cœur de la nuit, profonde et noire, veloutée et chaude.
Une sensation froide dans le cœur de l’amour, pendant que sa main glisse sur la surface d’une eau d’argent sans la rider. Son reflet est celui d'une déesse, pourtant au fond d'elle même, c'est une mortelle qu'elle reconnaît et la peur l'étreint de ses doigts de glace.
La peur l'étreint de ses doigts de glace, car elle sent la passion monter dans son esprit, celle qui regarde le monde de ses yeux verts et le transperce de ses traits d'acier. Elle attend.
Dans l'eau, son reflet n'est plus seul. A côté de son visage, un autre est apparu. Celui de son double au cheveux noirs, l'amant au cœur de feu. Et le rocher creux abrite une étreinte éternelle, au bord de l'eau miroitante.
Qui est elle? Que lui veut-il?
La passion a étendu son ombre sur les deux amants. L’amour a oublié sa sagesse, sa douceur, en se blessant à la pointe de sa propre flèche. L'arme a laissé un trait rouge sur son sein, pointé vers son cœur. .
Il embrasse à pleine bouche la blessure, goûtant le précieux liquide qui colore ses lèvres
d'une tache sombre.
Il veut la possession. Nul autre ne connaîtra plus l'amour tant qu'il la retient prisonnière de ses bras.
La lune pleine inonde de ses rayons d'argent l'eau de la source. Le creux d’une roche, devenu champ de l'ultime bataille, abrite et dissimule les combattants, de ses pierres aiguës et brillantes. Pour tout cris de guerre, un soupir monta vers l'astre miroitant, qui l'accueillit en son sein, cadeau infiniment précieux. La folie ne gagna pas cette fois, pas plus que l'amour. Seule la passion demeura victorieuse.

 

(peinture de John William Godward)

Repost 0
Published by Hauteclaire - dans L'amour et la folie
commenter cet article